AccueilActualités« Un cri du corps et du cœur »

Actualité

retour
27 juin 2022

« Un cri du corps et du cœur »

33e édition

Le 33e Festival international Arte Flamenco s’ouvre ce lundi 27 juillet et frappe fort d’entrée avec une création mondiale : « Deliranza » de Patricia Guerrero.

Elle avait enchanté les festivaliers en 2017 avec Catedral. Patricia Guerrero revient à Mont-de-Marsan avec Deliranza, sa nouvelle production dont on attend monts et merveilles. Entourée de 5 musiciens, parmi lesquels Dani de Morón, un des plus brillants guitaristes et compositeurs actuels, et de 7 danseurs solistes, la native de Grenade a exploré de nouvelles pistes artistiques, s’inspirant notamment du butō japonais. Sandrine Rabassa, directrice artistique d’Arte Flamenco, annonce la couleur : « le titre veut tout dire. C’est délirant, ce qu’on va voir ».

Un faisceau de partenaires pour une création mondiale

En accompagnant la chorégraphe andalouse tout au long du projet, le festival montois affirme sa volonté de soutenir la création artistique. Et prouve qu’il est devenu une référence dans l’univers flamenco puisque, tour à tour, l’Institut andalou du flamenco (IAF), la Biennale de Séville et le Festival international de musique et de danse de Grenade sont devenus partenaires de ce spectacle inédit. Cristóbal Ortega, directeur de l’IAF, souligne cette influence croissante : « Patricia Guerrero est une des numéros 1 de la danse flamenca, tous les festivals se l’arrachent et c’est à Mont-de-Marsan qu’elle a choisi de lancer sa nouvelle création. Tous les artistes flamencos veulent venir à Mont-de-Marsan ».

« Un cri du corps et du cœur » © L. Guitou | Dpt40

Une aura internationale que Lionel Niedzwiecki, directeur général d’Arte Flamenco, explique par les « liens forts » qu’Henri et Antonia Emmanuelli ont su nouer avec le gouvernement d’Andalousie, « avec, dès le début, la volonté de montrer des artistes de premier plan, même s’il a fallu faire preuve de pugnacité ». Autre motif de satisfaction : « démarrer avec une femme, qui a un imaginaire extraordinaire. La liberté des femmes demeure un combat. Au-delà de la dimension artistique, il y a là une dimension politique ».

Au cœur de la ville

Après deux éditions chamboulées par la Covid (annulation en 2020, formule allégée en 2021), le festival « retrouve son berceau naturel, le cœur de ville de Mont-de-Marsan », se réjouit Lionel Niedzwiecki. Au total, plus d’une centaine d’artistes se produiront sur 6 espaces de diffusion : « on va voir ce que l’on n’a pas vu depuis 3 ans : la rencontre directe avec le public. C’est ça qui est magique et c’est ce que l’on recherche ». Autre point important dont se targue à juste titre le directeur d’Arte Flamenco : les ¾ des spectacles proposés sont gratuits, grâce à des partenariats publics (Département, Mairie, Région, État) et privés.

L’élaboration de cette 33e édition a été inévitablement impactée par les aléas sanitaires des deux dernières années. De son propre aveu, Sandrine Rabassa a parfois dû faire face à un « casse-tête chinois ». Des spectacles reportés sont enfin montrés au public montois comme ceux de Lucía La Piñona, Argentina ou Paco Jarana. Il y a aussi des adaptations : Pedro el Granaíno, empêché au dernier moment l'an passé de partager la scène avec El Pele, confrontera sa voix à celle de Guadiana.

« Un cri du corps et du cœur » © L. Guitou | Dpt40

La programmatrice défend sa philosophie :

« Nous ne voulons pas être un festival catalogue. L’idée, c’est d’être à l’initiative de rencontres d’artistes et d’imaginer des spectacles. C’est retrouver l’esprit du flamenco d’il y a quelques années, c’est-à-dire de faire se joindre des familles de sang et de cœur et de voir ce qui se passe ». Prime à l’émotion, à « un cri du corps et du cœur » : « le corps exprime ce que le cœur a envie de montrer. C’est cette transcendance que nous souhaitons donner à voir. »

Sans oublier la nouvelle génération, et notamment la bouillonnante jeune scène française, à la Bodega, place de la mairie : « nous avons la volonté de faire sortir des artistes de l’ombre et de les mettre dans la lumière de cet art merveilleux qu’est le flamenco ».

Actualités en lien

33e édition
05 juillet 2022
33e édition
02 juillet 2022
33e édition
01 juillet 2022